LA BETE DU GEVAUDAN

Cette histoire fut un évènement dans la région, et nombreux sont ceux qui la connaissent.


Une légende ?


Non, assurément, ce n'est pas un conte, car il est certain que plus de cent personnes ont été dévorées entre 1764 et 1767 par des bêtes féroces, mais la population n'en fit qu'une, un loup, énorme, gigantesque ! Lorsque la bête apparaît sur le territoire d'Aumont, l'abbé Trocellier en fait une relation assez intéressante, suivant les évènements, au jour le jour. 


Des battues sont organisées, mais les attaques continuent. Des femmes, des enfants, des hommes sont déchiquetés, dévorés. Des militaires, appelés en renfort prêtent main-forte, en vain. En 3 ans, plus de 200 loups sont ainsi abattus sans que cesse le carnage, mais le 19 juin 1767, un certain Jean Chastel abat un loup énorme qui est présenté à la cour de Versailles comme étant la bête.


Selon une autre version, le roi, qui souhaitait voir la bête la fit amener en chariot. Il semblerait qu'elle ne soit jamais arrivée à destination, la chaleur, les mouches, et le temps qu'il fallut pour faire ce trajet (à chaque village traversé on s'arrêtait pour conter l'histoire et se désaltérer) ont eu raison de son aspect.....


Bref, on ne saura jamais avec certitude ce qu'il en était réellement, d'autant qu'une ancienne esquisse représente cette bête qui fit trembler Aumont, avec des écailles sur le dos, des crocs saillants, des griffes acérées et des sabots de cheval à ses pattes arrières !


Mais, n'est ce pas ainsi que se créent les légendes ?

Vous pouvez lire ici, l'histoire tragique de ce monstre....