Août 102018
 

Pourquoi la signature de Jean Chastel n’apparaît pas sur le rapport rédigé le lendemain de la mort de la Bête du Gévaudan ? L’un des spécialistes, Guy Crouzet, s’est penché sur cette absence.

Grand spécialiste de la Bête du Gévaudan qui le passionne depuis 1981, et auteur de cinq ouvrages sur le sujet, Guy Crouzet consulte avec la même curiosité qu’au premier jour les archives, les documents d’époque…

Sa connaissance du « dossier » dans ses moindres détails l’amène à remarquer que « peu d’auteurs semblent s’être souciés du fait que le fameux rapport Marin, rédigé le lendemain de la mort de la Bête, c’est-à-dire le 20 juin 1767, ne comporte pas la signature de Jean Chastel », dont le coup de fusil magistral, la veille, cloua définitivement au sol l’animal, mettant un terme à plusieurs années de terreur.

L’homme sait écrire

« Il n’est visiblement pas là, le héros du Gévaudan, à Besques, où officie le notaire Marin, invité par le conte d’Apcher et son fils, en présence de 28 témoins venus des envions et ayant eu affaire avec l’animal », relève Guy Crouzet. Pourtant, « l’homme sait écrire, poursuit-il. Sa signature aurait authentifié et valorisé, autant que celle du notaire, et pour les siècles à venir, son exploit et justifié sa gloire ».

Pourquoi cette absence ? Guy Crouzet s’interroge, émet plusieurs hypothèses. Pour lui, deux paraissent plausibles, l’interpellent : Jean Chastel n’était pas invité ou alors il l’était mais « il a décliné l’offre ».

En puisant dans les écrits de l’époque, Guy Crouzet trouve des éléments de réponse dans « le certificat établi par le maire de Saint-Julien-des-Chazes, Plantin, le 4 décembre 1888, lors de l’acquisition du fusil pour le compte de l’abbé Pourcher, qui en fait état dans son célèbre livre de 1889 ». Extrait : «… Lorsque le seigneur d’Apcher… apprit que l’artisan Jean-Chastel avait tué la bête (sans l’ombre d’un doute le jour même de la chasse, le 19 juin 1767), il le fit appeler et il glissa la pièce afin qu’il le laissa se glorifier de l’honneur de l’avoir tuée ; mais l’affaire ne put se passer en secret et, dévoilée, elle échoua car il était trop notoire que Jean Chastel l’avait tué lui-même. D’après la tradition la plus avérée, c’est alors que Monsieur le marquis lui acheta son fusil, que le défunt père Duffaud (le vendeur local) acquit directement à la déchéance de ce seigneur (le fusil avait dû être confisqué comme le reste au début de la Révolution, puis revendu aux enchères par un commissaire du peuple) ».

Sur cette première hypothèse, Guy Crouzet conclut : « soit que le marquis d’Apcher ayant tenté de soudoyer Chastel, celui-ci a pu en être vexé et refuser d’assister à l’autopsie de la bête ; soit que vexé lui-même du refus de Chastel de se laisser glisser la pièce, le marquis ne l’ait pas invité. Difficile d’arbitrer ». Et d’ajouter : « d’autant plus que Chastel pourra récupérer la carcasse (plutôt mal embaumée) pour la promener de village en village et faire la quête. Elle sera ensuite conduite à Versailles par un domestique du marquis, accompagné selon Pourcher par Chastel, afin d’être montrée au Roi, qui aurait été offusqué par la puanteur et la présentation bien tardive… »

« Dans cette histoire assez embrouillée quelques indices à ne pas négliger »

Une idée taraude malgré tout l’esprit de Guy Crouzet. « Et si l’absence de Chastel à l’autopsie de la bête avait une tout autre explication ? Si ce cher Marin, notaire de son état à Langeac, mais aussi, à l’époque, subdélégué temporaire de l’Intendant d’Auvergne, avait reçu l’ordre d’ignorer tout fait d’arme cynégétique d’un nommé Chastel ? D’ordre du Roi ou de la Cour. L’un comme l’autre se souvenant sans doute de l’incident du bourbier près du mont Chauvet le 16 août 1765 au cours duquel Chastel avait mis en joue deux gardes d’Antoine le porte-arquebuse de Louis XV : véritable affront fait à sa majesté ! Un Antoine devenu d’ailleurs, après sa destruction du fameux loup des Chazes le 21 septembre 1765, le vainqueur officiel de la bête du Gévaudan ! Chastel n’était plus qu’un importun, un imposteur même, un mal appris, à mettre au placard ! Il aurait d’ailleurs pu le payer bien plus cher ».

Guy Crouzet note que dans cette « histoire assez embrouillée surnagent tout de même quelques indices à ne pas négliger ».

Jean-Luc Chabaud

Source : leveil.fr

Avr 222018
 

Conférence pour tout public, animée par Alain Parbeau.
(Conférence sous le patronage de l’écomusée de la Margeride et Saint Flour communauté)

Le 8 Août à 20h30 19h au village de Saint Just (Lien Google map)
(Cantal « frontalier » avec la Lozère sortie 32 autoroute A75)

Vous avez dit la « Bête » ?
Mais quelle Bête a bien pu en pays de Gévaudan, terroriser la population et perturber le trône de France il y a 250 ans?

Vous découvrirez à travers l’animation d’Alain Parbeau, et avec la présentation d’objets et d’armes d’époques comment le « peuple » du Gévaudan a réagi face au danger, avec ses chasses, ses actions héroïques, ses croyances et la royauté .

En fin d’exposé, vous pourrez poser toutes vos questions….

Certaines réponses seront apportées ….

D’autres attendront peut-être encore quelques siècles …

Jan 162018
 

logo_maison_bete_auversLa Gazette de la Bête édition décembre 2017 est en ligne !!!

37 pages de nouvelles, informations, dessins, avis… qui vous feront passer un agréable moment.

 

Cliquez ici pour aller sur le site de Phil qui héberge la Gazette.

Toutes les éditions précédentes de la Gazette y sont disponibles si vous avez osé vous couper du monde à ce point !!!  😯

Le sommaire toujours aussi fourni :

Août 052017
 

Tu avances tranquillement vers les hauteurs, il fait beau, tu es encore un enfant.
La vie, même si elle est difficile en ton temps, ne t’empêche pas de pouvoir jouer…
Le soleil brille. Dans l’air flotte l’odeur tellement agréable du foin qui vient d’être fané.

Mais ce que tu ne sais pas encore, c’est que la Bête, la Bestia, est là, tapie dans les sous-bois.
Elle t’épie, te jauge, attendant patiemment que tu sois exactement où elle veux.
Tu t’approches, inconscient de la mort qui te guette…

Et en un instant, dans un éclair fauve, elle est sur toi, lourde et sauvage.
Elle te saisis au cou et referme puissamment ses mâchoires déjà sanguinolentes de ton sang chaud.
Surpris par cet assaut inconnu, tu es envahi d’une peur inimaginable et d’une douleur effroyable que tu ne comprends pas encore.

Tu essais de lutter.

Mais quand ton esprit comprend enfin ton malheur, il est trop tard.
Lentement, tu glisses dans une paisible obscurité qui te délivre de ce mal.
La Bête te tire vers les sous-bois, mais tu n’en a plus conscience.

Tu es entré dans l’histoire pour l’éternité…

Jan 142017
 

AVIS AUX COLLECTIONNEURS !

À l’occasion du 250ème anniversaire de la mort de la bête (1767), l’association « Au pays de la bête du Gévaudan » d’Auvers a fait réaliser, en partenariat avec l’association Macbet de Saugues, un jeton évènementiel de la monnaie de Paris. Il est d’ores et déjà disponible au prix de 2 € l’unité.

Pour ceux qui désireraient le commander, s’adresser à :

Association MACBET
rue de la Tour
43 170 SAUGUES

Joindre le règlement par chèque et une enveloppe affranchie pour l’envoi (impératif !). Il sera aussi disponible cet été 2017 sur les sites de Saugues et Auvers mais attention il s’agit d’une série limitée et il risque de ne pas y en avoir pour tout le monde !

N’oubliez pas d’aller visiter la page Facebook de l’association d’Auvers :
https://www.facebook.com/groups/248388992240781/

Jan 022017
 

logo_maison_bete_auversLa Gazette de la Bête édition décembre 2016 est en ligne !!!

35 pages de nouvelles, informations, dessins, avis… qui vous feront passer un agréable moment.

 

Cliquez ici pour aller sur le site de Phil qui héberge la Gazette.

Toutes les éditions précédentes de la Gazette y sont disponibles si vous avez osé vous couper du monde à ce point !!!  😯

Le sommaire toujours aussi fourni :

 

Sep 162016
 

logo_filmVoici enfin la vidéo tournée ce chaud, très chaud  3 août de l’an de grâce 2016, avec Monsieur Alain Parbeau.

Tournée sur les lieux mêmes où, 251 ans plus tôt, presque jour pour jour, le 11 août 1765, Marie-Jeanne Vallet s’est défendue contre la Bête du Gévaudan sur le petit pont visible en arrière (qui était en bois à cette époque).

Présentation des armes blanches utilisées pour se défendre contre la Bête du Gévaudan par Alain Parbeau.

Version 2, modifiée le 25 septembre pour le rajout de quelques précisions.

Déc 152015
 

logo_maison_bete_auversLa Gazette de la Bête est en ligne !!!

Cette nouvelle cuvée, car il faut vraiment l’appeler ainsi, se bonifie chaque année comme un grand vin.
Elle apporte des informations, des compléments par rapport aux versions précédentes.
C’est toujours avec plaisir que j’en fait la lecture.

Aussi, tout comme moi, dévorez avec délectation cette version 2015 !

Cliquez ici pour aller sur le site de Phil qui héberge la Gazette.

Vous pourrez y retrouver toutes les gazettes des années passées, si vous avez osé rater ça !!! (Honte à vous :mrgreen: )

Le sommaire toujours aussi fourni :

Juil 042015
 

logo_gevaudanL’annonce officielle de l’exposition de la représentation de la Bête a été faite le 2 juillet 2015 à « La place du Marché » à La Garde.

Pour le 250ème anniversaire, en première mondiale, la présentation de la reconstitution historique de La Bête, aura lieu dans un des plus prestigieux lieu du Gévaudan: Le Château d’Orfeuillette.

L’histoire :
Une merveilleuse rencontre avec Monsieur Christophe BRUNEL et son épouse, de très gros moyens financiers, beaucoup de temps, avec les meilleurs spécialistes mondiaux, un très grand chercheur de La Bête, l’envie de réaliser ce que personne n’a jamais pu faire.

Tout y était pour réaliser un seul résultat, exceptionnel, pour une première mondiale sur invitation le 29 juillet 2015 en présence de la presse, des élus de toutes appartenances et des principaux acteurs économiques du Gévaudan.

La statue sera exposée au public à partir du 30, sur rendez-vous au château. Les auteurs du projet souhaitent, au moins dans un premier temps, conserver un caractère exclusif et mystérieux (pas de photographies).

Une autre révélation : Une CHARTE avec pour emblème « La Bête » à été créée pour assurer ce dont tout le monde rêve, une garantie d’origine et de qualité.

Une nouvelle dynamique pour Le Gévaudan?

Voici le carton d’invitation, très original :

Cliquez sur le photos pour les agrandir

Invitation Bête du Gévaudan 2015

Derrière :

Invitation Bête du Gévaudan 2015

2015-07-29_invitation_002

Juin 292015
 

logo_gevaudanEn première mondiale, la reconstitution historique  de la Bête du Gévaudan ! 😉

Reconstitution historique très précise et à l’échelle réelle bien sûr. (plus de 3 ans de travail dans le plus grand secret)

L’annonce officielle de sa présentation sera faite en un haut lieu du Gévaudan. (date et lieu dans quelques jours)

L’instigateur de cette belle aventure raconte : « notre ‘belle rencontre’ avec une famille du Gévaudan, tout aussi passionnée que nous pour cette histoire et dont le but est de préserver du mieux possible ce patrimoine en tentant de l’utiliser pour redynamiser une région, le Gévaudan. »

Une empreinte mystérieuse est dévoilée…
Mais chuuuut !!! … vous en saurez plus, beaucoup plus … bientôt …

Empreinte Bête du GévaudanCliquez sur la photo pour l’agrandir

Empreinte Bête du GévaudanCliquez sur la photo pour l’agrandir

 

 

Mai 292015
 

logo_loup

Venez découvrir ou re-découvrir le mythe de :

La Bête du Gévaudan

Chaque année, la MJC de la Voulte-sur-Rhône et l’Artscène Compagnie s’associent pour monter un spectacle son et lumière autour de récits locaux (L’Auberge Rouge, les guerres de religion, la guerre de 1870…).
Depuis 10 ans, cette collaboration a pour but de mettre en lumière des événements historiques de la région joués par des comédiens amateurs et professionnels entourés de Dominique Lefebvre, auteur et metteur en scène.
C’est l’occasion pour les touristes de découvrir le patrimoine régional et pour les Ardéchois de voir les récits de leur enfance mis en scène.
Ils vous invitent à plonger dans le passé du Vivarais et de l’Ardèche du 18 au 20 et du 25 au 27 juillet 2015, pour une aventure palpitante.
Cette histoire pleine de mystère aujourd’hui encore, est représentée dans un cadre architectural unique : Le site des anciennes fonderies de la Voulte-sur-Rhône.

Un spectacle théâtral magnifié par les effets « son et lumière »

Cliquez sur l’affiche pour l’agrandir

Spectacle la Bête du Gévaudan par L'Artscène

Réservation :
A la MJC au 04 75 62 00 12
A l’OFFICE DU TOURISME au 04 75 62 44 36

Dossier de presse du spectacle La Bête du Gévaudan en cliquant sur l’icône ci dessous. (Format .pdf)

2015-07-spectacle_bete_gevaudan_002

L’Artscène est une compagnie de théâtre professionnelle reconnue avec des spectacles tels que Crocdur le Pirate ou la Sorcière Ephémère à travers les médias comme France 2, France 3, Pariscope, Télérama, Le Dauphiné Libéré…